Parasol

Lancé par le CNES en 2004, le microsatellite Parasol a analysé les caractéristiques de la lumière réfléchie par la Terre et l'atmosphère durant huit ans. Des mesures destinées à mieux comprendre le rôle joué par les nuages et les aérosols dans le climat. Sa mission s'est achevée à la fin de l'année 2013.

Développé par le CNES, le microsatellite Parasol a eu pour mission d'analyser les caractéristiques de la lumière réfléchie par la Terre et son atmosphère de 2004 à 2013. Le but de ces mesures ? Mieux comprendre comment les nuages et les aérosols influencent notre climat. Pour analyser les caractéristiques de la lumière réfléchie par le système Terre-atmosphère, le microsatellite Parasol s'est appuyé sur Polder (Polarization and Directionality of the Earth's Reflectances), un instrument développé par le Laboratoire d'Optique Atmosphérique de Lille (CNRS-USTL). Les données recueillies quotidiennement via Polder étaient ensuite recoupées avec les mesures réalisées par quatre autres satellites (Aqua, Aura, Calipso et Cloudsat), lesquels volaient avec Parasol au sein de l’A-train, une constellation de satellites se succédant sur la même orbite à quelques minutes d'intervalle.

La mission scientifique de Parasol s'est définitivement arrêtée le 11 octobre 2013. À la suite de cet arrêt, le microsatellite Parasol a été extrait de la constellation A-Train, au cours de manœuvres qui ont duré jusqu'au 18 décembre 2013. Au final, la mission est un succès : alors que la durée de vie de Parasol avait été initialement programmée à 2 ans, le microsatellite est en réalité resté opérationnel pendant huit ans, communiquant sans discontinuer ses données aux ingénieurs du CNES durant toute cette période.